Du 19e siècle à nos jours

19e siècle : briser les murs

En 1815, Sélestat joue un rôle régional important dans le sud du département en se positionnant comme chef lieu d’arrondissement et pôle de services. Le premier développement industriel est modeste mais original.

La ville se spécialise, dans un premier temps, dans le tissage de toiles métalliques pour la papeterie, une invention sélestadienne. Cette activité prendra un caractère industriel par la suite avec la construction de deux grandes usines hors les murs.

La croissance démographique générale au cours de la première moitié du 19e siècle est bonne. Celle-ci est alimentée par une excellente natalité et des migrations. Néanmoins, cette ville de garnison manque d’air car elle est prise dans le carcan de ses remparts, ce qui va peu à peu la faire décliner et précipiter l’exode rural de la deuxième moitié du siècle. Ce n'est qu'à partir de 1875 que commence le démantèlement des remparts ce qui va permettre l'extension de la ville hors les murs.

20e siècle : guerres et paix

Ce décloisonnement ne permet pas à Sélestat de rattraper son retard démographique sur les grandes villes d'Alsace. Toutefois, les aménagements dont elle bénéficie (lignes ferroviaires, renforcement du service public) lui permettent de tenir une place importante de carrefour dans le département.

La guerre de 1914-1918 lui coûte un millier d'habitants ; en contrepartie, le retour à la France lui est profitable : la population s'accroît significativement et la ville s'étend, tandis que les industries s'installent en nombre et que les voies d'accès se multiplient : ligne Paris-Sélestat, tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines.

La seconde Guerre Mondiale marque un coup d'arrêt à cette progression, mais encore une fois Sélestat rebondit et observe, lors des quinze années suivant la fin du conflit, sa plus grande croissance depuis le début du 19e siècle.

Depuis 1980 : un nouveau départ

Cette dynamique est stoppée lors des crises des années 1970, au profit du développement de Strasbourg et Colmar notamment. Mais une nouvelle phase s'amorce pendant les années 1980. Diverses structures sont créées : l'ADAC, le SIVOM et la Communauté de Communes, qui accompagnent le développement de Sélestat en tant que place forte de l'Alsace Centrale. L'accroissement constant de la population depuis le début des années 90 témoigne de la cohérence de cette politique.

Dates clés

1815 : Sélestat devient chef-lieu d'arrondissement

1874 : Démantèlement des remparts

Nos galeries