Renata Poljak

Née en 1974, vit et travaille à Zagreb (Croatie)

Dans ses vidéos et installations, Renata Poljak mêle subtilement des éléments autobiographiques et documentaires afin d’explorer les problématiques sociales générées par le conflit dans les Balkans, tels que la condition des femmes, l’immigration, le changement de valeurs - entre communisme et capitalisme exacerbé.
Ruta and the Monument met en relation l’histoire d’une petite princesse juive qui, en 1943, souhaitait devenir invisible, avec des images tournées lors d’une visite du Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe à Berlin. Bien que les deux parties de ce diptyque vidéo aient l’Holocauste comme point de départ, elles semblent chacune se dérouler dans des univers différents, et la façon dont Renata Poljak restitue ces deux ambiances participe amplement de leur dramatisation. D’un côté, l’image au ralenti - poétique et méditative - du pied d’une enfant habillée d’une robe en dentelle blanche, flottant élégamment dans de l’eau vert-bleu que vient caresser une longue langue rouge, conforte le côté extravagant de l’histoire de cette petite fille. De l’autre, les images filmées comme sur le vif de la visite du Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe à Berlin évoquent un quotidien et une banalité fade (le ciment gris, les parkas des touristes...). Le discours du guide, détaché et anecdotique - parfois empreint d’une ironie déplacée - est emblématique d’une forme de banalisation quant à l’approche de ce type de monument.

Marc Bembekoff

L'oeuvre

Ruta and the Monument , 2007
Vidéo, couleur, son, 15’
Courtesy de l’artiste et Hilger Contemporary, Vienna

L’œuvre est visible au Caveau Sainte-Barbe

Nos galeries