Finances de la commune

À quoi sert le budget ?

Le budget primitif constitue le premier acte obligatoire du cycle budgétaire de la Ville.

C’est un acte prévisionnel voté par le conseil municipal qui autorise le Maire à effectuer des opérations de recettes et de dépenses, pour la période qui s’étend du 1er janvier au 31 décembre de l’année civile. Il a deux destinations principales :

• il permet d’une part de financer les services à la population, mais aussi l’entretien de la voirie, des bâtiments, des écoles, des terrains, … En d’autres termes, le fonctionnement de la commune. Ce sont les dépenses de fonctionnement.


• il est investi d’autre part dans des secteurs majeurs comme le développement durable, les aménagements et déplacements urbains, les bâtiments,…, tout ce qui participe à la modification ou à l’enrichissement du patrimoine de la Ville. C’est ce qu’on appelle les dépenses d’investissement.

Une santé financière saine au service de notre territoire

Le budget primitif de la Ville pour l’exercice 2018 a été débattu et voté lors de la séance du Conseil Municipal du 28 mars dernier. Dans un contexte financier qui reste difficile pour l’ensemble des collectivités locales, la Ville a entrepris, dès 2014, un travail de fond visant à réinterroger l’ensemble de ses pratiques de gestion. Ce travail permet notamment la poursuite de la réalisation des grands chantiers qui portent l’ambition et le développement de Sélestat.

Plus concrètement, la Ville a décidé de se doter d’objectifs de gestion présentés en décembre 2014 au Conseil Municipal. La capacité de la Ville à s’adapter à son environnement a permis, depuis de nombreuses années, de préserver des finances saines. Ce volontarisme permet une nouvelle fois de maintenir la bonne santé financière de notre commune.

Ainsi, la Ville arrive à dégager un résultat positif sur sa gestion courante de 3,3 M€. Une fois comptabilisé le résultat financier et les résultats exceptionnels prévus, la Ville dégage une capacité d’autofinancement (CAF) de 5,8 M€, autant d’argent disponible pour investir dans l’avenir.

Diminution de la dette

Par ailleurs, après une baisse de plus de 3 M€ de la dette communale depuis 2014, l’encours de dette va à nouveau diminuer de 0,75 M€ en 2018. Ainsi, l’endettement par habitant est de 662 € en ce début d’année 2018, alors que l’endettement moyen par habitant au niveau national pour les communes de même strate était de 1 021 € à la fin de l’exercice 2016. Enfin, la capacité de désendettement de la Ville s’établit à 2,1années (il s’agit du nombre d’année théorique qu’il faudrait à la Ville pour rembourser intégralement sa dette si la totalité de l’épargne dégagé annuellement était affectée à ce remboursement).

Pas d'augmentation d'impôts

Ces bons résultats sont obtenus sans augmentation d’impôts, grâce à une gestion rigoureuse des deniers publics. Cette gestion permet avant tout de poursuivre la mise en œuvre d’un projet résolument axé sur l’attractivité et le rayonnement de la Ville. Cette ambition se déploiera en 2018 avec l’ouverture de la Bibliothèque Humaniste, Trésor de la Renaissance. Dotée d’un budget qui permettra d’en réussir l’ouverture, les projections financières relatives à ce nouvel établissement sont caractérisées par un esprit de responsabilité. Ainsi, le nouvel établissement est financé sans aucune progression de la fiscalité. Cette ambition se réalisera également par l’inscription d’un montant de 8,4 M€ de dépenses d'équipement, dont 6,8 M€ autofinancés. Avec les inscriptions supplémentaires prévues en cours d’exercices et présentées lors des orientations budgétaires, ce n’est pas moins de 10 M€ qui seront injectés sur le territoire communal en 2018.

Chiffres clés

Poursuite d’une politique d’investissement soutenue résolument tournée vers l’attractivité et le rayonnement de la ville :

Si certaines collectivités ont fait le choix de baisser drastiquement leurs dépenses d’investissement, la Ville se veut volontariste en la matière et continuera à s’engager dans l’avenir.

Cela représente ainsi un montant de 424 € par habitant. Hors subvention d’investissement à verser, cela représente 397 € par habitant, alors que la moyenne constatée au niveau national pour les communes de la même strate démographique était de 274 € par habitant en 2016 (communes de plus de 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé 4 taxes). Il en va également du soutien de la Ville apporté à l’économie locale.

Au total, 82 % des investissements inscrits au budget 2018 seront financés sur ressources propres. Le solde de 18 % sera financé par des subventions et participations à percevoir, témoignant de la qualité et de l’aspect fédérateur des projets mis en œuvre.

La Ville a fait le choix de ne pas recourir à l’emprunt en 2018, en affectant les recettes exceptionnelles attendues à l’investissement et au désendettement.

    Quelques exemples de projets compris dans l'enveloppe d'équipement 2018 :

    Urbanisme, voirie et environnement : 3 649 K€ dont :

    • 1 000 K€ alloués aux opérations liées à la requalification du centre-ville, dont 150 K€ pour la mise en lumière du patrimoine (réaménagement des place Gambetta, place du Dr Maurice Kubler, rue de la Grande Boucherie et fin de l’opération)
    • 500 K€ prévus pour le réaménagement du quartier gare ( 2 M€ de travaux inscrits d'ici 2020),
    • • 406 K€ (+ 74 K€ en fonctionnement) pour les subventions à verser dans le cadre de la phase opérationnelle de l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et la mise en œuvre de la nouvelle politique patrimoniale.

    Culture, patrimoine et animation : 2 638 K€ dont :

    • 1 890 K€ pour la Bibliothèque Humaniste (recettes en contrepartie à hauteur de 749 K€). Il s’agit de la dernière enveloppe budgétaire allouée à l’opération,
    • 125 K€ de subvention pour la nouvelle muséographie de la Maison du Pain,
    • 60 K€ pour la réalisation d’une étude portant sur le projet de mise en place d’une scène de musiques actuelles labélisée.

    Éducation, jeunesse et sport : 491 K€ dont :

    • 100 K€ pour le lancement des études relatives à la requalification de l’ancienne piscine sur le site Koeberlé,
    • 190 K€ d’acquisitions et de travaux pour les écoles,
    • 160 K€ d’acquisitions et de travaux dans les infrastructures sportives.

    Service public et sécurité : 1 668 K€ dont :

    • 250 K€ pour la réalisation de la Maison des Aînés qui sera située place du Marché aux Choux,
    • 250 K€ pour la création d’une aire de camping-cars,
    • 60 K€ pour le renouvellement de caméras et des opérations techniques sur le dispositif de vidéo protection.