Finances de la commune

A quoi sert le budget ?

Le budget est un acte prévisionnel qui autorise le maire à effectuer des opérations de recettes et de dépenses.
D’un point de vue comptable, le budget se présente en 2 parties, une section de fonctionnement et une section d’investissement. Chacune de ces sections doit être présentée en équilibre, les recettes égalant les dépenses.
Le budget de la Ville comporte le budget principal et 5 budgets annexes (Piscine des Remparts, Tanzmatten, Forêt, Bibliothèque Humaniste, Cimetière)

  • Il permet, d’une part, de financer les services à la population, mais aussi l’entretien de la voirie, des bâtiments, des écoles, des terrains... en d’autres termes, le fonctionnement de la commune. Ce sont les dépenses de fonctionnement.
  • Il est investi, d’autre part, dans des secteurs majeurs comme le développement durable, les aménagements et déplacements urbains, les bâtiments... tout ce qui participe à la modification ou à l’enrichissement du patrimoine de la ville. C’est ce qu’on appelle les dépenses d’investissement.

2021, un budget de relance

Le budget 2021 s’inscrit dans un contexte de crise sanitaire et économique sans précédent. Pour y faire face, la majorité municipale a décidé de construire un budget de relance.
L’objectif est d’être en soutien du territoire et de l’économie locale grâce à une ambition forte affichée sur l’investissement, sans aucune augmentation des taux d’impositions conformément aux engagements pris.

Investissement : 9,2 M€

Cette progression importante est nécessaire en période de crise pour accompagner la relance de l’économie, avec 2 axes prioritaires d’investissement
- le patrimoine historique : les travaux de rénovation de Saint-Quirin, de la commanderie Saint-Jean, de l’hôtel d’Ebersmunster, de l’Eglise Saint- Georges, la politique patrimoniale.
- les dépenses en faveur de la transition écologique : la restructuration du quartier de la Gare, la rénovation énergétique du patrimoine avec le remplacement des fenêtres de l’école Froebel, la création d’une ligne budgétaire dédiée à la végétalisation de l’espace et le soutien à la pratique du vélo.

Soutien aux mondes économique et associatif

  • suppression de la redevance d’occupation du domaine public pour les terrasses et des droits d’enseigne et de store pour une première période de 6 mois pour les établissement fermés en raison de la crise sanitaire.
  • renouvellement du fonds de soutien exceptionnel au monde associatif à hauteur de 200 K€. Créé l’année dernière pour venir en aide aux associations touchées par les conséquences de la crise sanitaire. Il traduit concrètement le soutien de la Ville de Sélestat en faveur de ses associations dans cette période difficile, en complément des subventions courantes allouées par la Ville qui sont maintenues et reconduites pour l’ensemble du monde associatif.

La sécurité

La Ville assure le développement du maillage de vidéoprotection au service de la prévention et de la résolution des incivilités et délits.

Répartition du budget 2021 par grand secteur de politique publique

Le Budget principal

Les impacts chiffrés de la Covid-19

Les dépenses réelles de fonctionnement : 22 711 K€.
Les dépenses de gestion sont également en hausse avec une évolution de + 5,2 % par rapport au budget 2020 soit une hausse de 1 079 K€.

Ces évolutions restent inscrites dans un contexte de crise sanitaire et économique sans précédent, avec des montants encore très importants dévolus au soutien du territoire et des structures municipales, notamment les établissements sportifs et culturels de la ville, qui sont particulièrement impactés par la crise sanitaire.

Ainsi une enveloppe de 2 471 K€ est inscrite au budget 2021 pour la prise en charge des déficits d’exploitation des budgets annexes. Cela représente une hausse de + 156 K€ par rapport au budget primitif 2020 (+ 6,7 %), mais surtout une hausse de + 501 K€ (+ 25,5 %) par rapport au compte administratif 2019, dernière année d’exploitation que l’on pourrait qualifier de « normale ».

L’exercice 2021 sera également marqué par 2 événements exceptionnels :

  • la célébration du 500ième anniversaire de la première mention écrite de l’arbre de Noël (1521 – 2021) avec une enveloppe spécifique de 50 K€ en dépenses.
  • la Biennale d’art contemporain Sélest’ART avec un montant de dépenses de 117 K€ (77 K€ attendus en recettes).

Les recettes réelles de fonctionnement : 24 793 K€.
Progression de + 4,4 %, soit + 1 035 K€ par rapport au budget primitif 2020.
De leur côté, les recettes de gestion progressent également avec une évolution de + 2,9 % par rapport au budget primitif 2020, soit + 687 K€.
Ainsi, elles repartent à la hausse après une forte contraction au budget primitif 2020 par rapport au compte administratif 2019, avec une évolution de - 3,3 %, soit - 788 K€.

Il s’agissait très clairement d’une baisse conjoncturelle liée à la crise sanitaire, soit de manière directe (arrêt d’activité), soit de manière indirecte (choix politique pour soutenir la reprise).

Si la construction budgétaire 2021 se veut prudente, elle tient compte d’un retour à une certaine normalité sur différents postes budgétaires.

Une situation financière saine

Malgré une baisse, l’épargne de gestion (les recettes courantes et les dépenses courantes) de la Ville demeure à un niveau tout à fait intéressant de 2 307 K€. La capacité d’autofinancement reste pour sa part stable 2 083 K€ grâce à un résultat exceptionnel positif.
La capacité de désendettement prévisionnelle au 31/12/2021 ressort au budget primitif à 4,8 années. La situation financière de la Ville reste donc saine en dépit des évolutions à la baisse de certains ratios qui apparaissent très largement comme conjoncturelles et sont très clairement liées aux conséquences directes et indirectes de la crise sanitaire, notamment le choix de la majorité municipale de proposer un budget de relance.
Le montant de la dette communale s’établit ainsi au 1er janvier 2021 à 10 870 K€ contre 11 679 K€ au 1er janvier 2020, soit – 809 K€ sur un an. Ce montant correspond à un endettement par habitant de 556 € (Population légale Insee de 2020, soit 19 540 habitants).
A titre de comparaison, l’endettement moyen par habitant pour les communes de plus de
10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé (4 taxes) était de 978 € à la fin de l’exercice 2019. Cela témoigne pour la Ville d’un endettement maîtrisé et adapté à ses capacités financières.

Principales ressources d'une commune

  • Impôts et taxes : taxe d'habitation et taxe foncière sur propriétés bâties et non bâties, taxe sur les surfaces commerciales, taxe locale sur la publicité extérieure...,
  • Concours financier de l'Etat : dotation globale de fonctionnement,
  • Produits des services : redevances d'occupation du domaine public, redevance du camping, concession funéraire, redevances des animations sportives et culturelles.