Arsenal Sainte-Barbe

Construction de l'arsenal Sainte-Barbe

L'arsenal Sainte-Barbe est construit vers 1470 à l'emplacement de l'ancienne synagogue médiévale. Sa fonction première était de servir d'entrepôt de marchandises et de grenier à la ville.

Une soixantaine d'années plus tard, en 1534, le Magistrat de Sélestat fait transformer l'étage en arsenal, l'arsenal Saint-Hilaire étant devenu insuffisant pour stocker les armes et les munitions nécessaires à la défense de la ville. C'est à cette période que le bâtiment fut dédié à sainte Barbe, patronne des artilleurs.

Au 19ème siècle, le bâtiment reprit la fonction d'entrepôt pour le stockage du blé, du tabac et du houblon avant qu'un nouveau projet ne vienne transformer une nouvelle fois cet édifice en 1899. La destruction de l'ancien théâtre municipal sur l'actuel Square Ehm engendra en effet le réaménagement du 1er étage de l'arsenal en salle de spectacles. L'architecte communal Jean-Jacques-Alexandre Stamm fut chargé des travaux. Outre les travaux intérieurs, un escalier à double volée est construit au-dessus de la porte d'entrée en accolade du 15ème siècle ainsi qu'un porche permettant d'accéder à l'étage. A l'époque, un balcon fut également ajouté sur la façade rue Saint Barbe, mais il a été supprimé en 1985.

Dernièrement, en 2013, l'arsenal Sainte-Barbe a fait l'objet d'une restauration.

 

Sainte Barbe, patronne des artilleurs

Depuis les années 1950, une statue de sainte Barbe trône à l'angle sud ouest de l'édifice et semble vouloir rappeler aux passants le nom donné à l'arsenal.

Sainte Barbe, fille de Dioscore un riche païen, serait née au 3ème siècle en Turquie. Refusant qu'elle se convertisse au christianisme, son père la fit enfermer dans une tour dans laquelle elle fit percer une troisième fenêtre pour évoquer la Sainte Trinité. Elle réussit toutefois à se faire baptiser en cachette de son père. Ce dernier finit par l'apprendre et sainte Barbe prit la fuite. Retrouvée puis torturée, sainte Barbe refusa d'abjurer sa foi chrétienne. Le gouverneur demanda au père de la décapiter. Au moment de la réalisation du supplice, le père fut foudroyé sur place. Quand les chrétiens vinrent demander le corps de sa fille, ne voulant pas utiliser son prénom perse et ne pouvant pas se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne purent en parler que comme « la jeune femme barbare », d'où le nom de sainte Barbara (Barbe) qui lui fut donné. On la reconnaît à ses attributs de martyre (palme et couronne) ainsi que la tour à trois fenêtres représentée sous sa main droite.

 

Pour aller plus loin, consultez également le document suivant :

 

- Dossier d'inventaire réalisé par le Service de l'Inventaire du Patrimoine de la Région

 

Vidéo de présentation en langue des signes

Arsenal Sainte-Barbe

Bon à savoir

Aujourd'hui, l'arsenal est principalement utilisé à des fins culturelles et festives notamment au niveau du caveau. Quant à l'étage, une salle y accueille les réunions des instances municipales.

Les dates clés

Vers 1470 : Construction de l'édifice

1534 : Reconversion en arsenal

1899-1902 : Réaménagement de l'édifice en salle de spectacle

Nos galeries