Auberge des Alliés

Historique de la construction

Poêle de la corporation des tailleurs depuis 1537, le précédent édifice sert de lieu de réunion aux tailleurs dès le 15ème siècle. Après la Révolution française, la maison dite Zu der Kannen devient une auberge tenue, sous la Restauration, par la famille Koeberlé dont le fils Eugène est un chirurgien reconnu.
En 1918, l'auberge devient le restaurant des Alliés.

Une façade remarquable

Le bâtiment se compose d'un rez-de-chaussée muni de fenêtres cintrées, grillagées et vitrées en culs-de-bouteille. Sur la rue des Chevaliers, les étages supérieurs possèdent des fenêtres à meneaux de pierre, tandis qu'ils sont bâtis en pans de bois vers la rue des Tailleurs. 

Plus loin, la maison n°40 de la rue des Chevaliers est aussi occupée par l'auberge des Alliés. Au-dessus de la porte est reproduit un cartouche portant la marque des boulangers : le bretzel et la miche. Cette pièce architecturale témoigne de l'existence d'une ancienne boulangerie à cet emplacement.

Des fresques du 19ème siècle

Dans la salle des corporations, deux fresques ont été réalisées par le peintre sélestadien Alphonse Koffel. L'une d'elles représente le Marché aux Choux, tandis qu'une autre dépeint une scène de moisson, avec en arrière plan, les églises Sainte-Foy et Saint-Georges ainsi que la Tour Neuve. Une riche décoration d'armoiries des corporations alliées des tailleurs complète l'ensemble : emblèmes des orfèvres-bijoutiers, des boulangers, des forgerons, des vignerons ou encore des bateliers.

 

Pour aller plus loin, consultez également le document suivant :

- Dossier d'inventaire réalisé par le Service de l'Inventaire du Patrimoine de la Région

Auberge des Alliés

Bon à savoir

L'auberge des Alliés est une propriété privée.

Les dates clés

1537 : Construction du poêle des tailleurs

1934 : Inscription au titre des Monuments Historiques

Nos galeries